Taux fixe ou variable : lequel choisir ?

Avez-vous pris la décision d’acquérir un bien immobilier ? Votre épargne ne vous permet-elle pas d’acheter ce bien, sans contracter un emprunt ? Lors de vos démarches vers les banques, vous allez vous rendre compte que vous avez le choix de contracter un prêt à taux fixe ou bien un prêt à taux variable. Mais la question qui se pose est : lequel des deux choisir ? C’est une question particulièrement importante car si vous faites un mauvais choix, celui-ci risque de vous coûter beaucoup plus cher au final.

Emprunt avec des risques ou bien maîtrise totale des remboursements ?

La question à se poser pour contracter un emprunt est de savoir si vous voulez avoir la maîtrise totale des remboursements ou bien si vous accepteriez une part d’inconnu, un risque en d’autres termes. Un prêt à taux fixe est un prêt ou toutes les échéances de remboursements mensuels sont identiques jusqu’à la fin du crédit. Vous ne pouvez plus avoir de surprise. Tous les mois, vous paierez le même montant. Ce montant est composé de deux variables, à savoir : le remboursement du capital et le remboursement des intérêts d’emprunt. Ces deux valeurs varient sur chacune des échéances mais n’affectent pas le montant remboursé. Le prêt à taux fixe est considéré comme un prêt sans risques. A l’inverse, les montants de remboursement du prêt à taux variable vont fluctuer en fonction de la variation des taux d’intérêt.

Limiter le risque dans des remboursements non prévus

Comme il a été évoqué précédemment que le prêt à taux variable compte une part d’alinéa non négligeable, il va falloir considérer ce type d’emprunt comme un emprunt à risque. Mais pour éviter que cet investissement ne se transforme en véritable piège, il va être indispensable d’essayer de garder la maîtrise des risques. Pour ce faire, il est très important de vérifier l’existence d’un certain nombre de mesures qui devraient limiter ce risque financier. La première chose à discuter avec son banquier c’est la détermination du plafonnement ou des limites maximum que le taux d’intérêt sur cet emprunt ne pourra pas dépasser. Cette mesure s’appelle « le cap ». Vous aurez donc un taux capé. Ce prêt à taux variable peut être beaucoup plus avantageux que le prêt à taux fixe si on prend les bonnes précautions au départ.

Dans quel cas le taux variable peut-il être beaucoup plus avantageux que le taux fixe ?

Actuellement, il n’existe qu’un seul cas de figure où le taux variable peut être plus avantageux que le taux fixe, alors que celui-ci est aujourd’hui très bas. Ce sont les opérations à court terme ne dépassant pas huit ans qui peuvent, à l’aide d’un prêt à taux variable, s’avérer plus avantageux. Il faut, par contre, que le taux sur les deux premières années soit fixe et très bas. Ce genre d’emprunt s’adresse plus particulièrement à des personnes qui, à la fin de leurs échéances d’emprunt, comptent revendre leurs biens rapidement. En revanche, pour convaincre votre banquier de vous concevoir un prêt à taux fixe les deux premières années et ensuite l’engager sur un taux variable qui serait indexé sur l’Euribor, par exemple, il vous faudra lui présenter un très bon dossier.